Folder Flore

La flore que l'on rencontre actuellement sur le territoire mauritanien est très diversifiée et varie d'une région A une autre. De grandes différences existent entre les groupements du Nord et ceux du Sud. Ces différences sont essentiellement Mes aux variations pluviométriques. En effet, en allant du Nord vers le Sud on va d'une région saharienne plus ou moins influencée par l'océan vers une région sahélienne plus humide.


La flore de la Mauritanie dans son ensemble n'a pas de particularités par rapport A celle des pays voisins. Cependant, A l'inverse de ces pays, l'identification de toutes les espèces et la connaissance de leur distribution ne sont pas satisfaisantes. L'étude de la flore présente pourtant un intérêt considérable, car elle est très variée dans sa composition systématique et réunit des éléments géographiques très différents qui posent des problèmes de premier ordre.

Flore mauritanienne est représentée par 115 familles (JP Barry & Celles 1991), 99 familles (Lebrun JP 1998) qui sont d'inégale importance. Elle renferme environ 550 genres (JP Barry & Celles1991), 443 genres (Lebrun JP 1998).En effet, sur les1200 espèces (JP Barry & Celles 1991), 853 espèces (Lebrun JP 1998) présentent l'ensemble du territoire mauritanien, 33,6 % à 47,3 % des espèces selon les auteurs se réunissent dans quatre familles (Poaceae, abaceae, Asteraceae et Cyperaceae).

Familles Nombre de genres Nombre d'éspèce
Poaceae 72 178
Fabaceae 34 96
Asteraceae 49 69
Cyperceae 12 60
Chenopodiaceae 13 32
Euphordiaceae 13 23
Malvaceae 10 29
Convolvulaceae 8 29
Brassicaceae 15 20
Amaranthaceae 10 20
Capparidaceae 7 20
Mimosaceae 8 19


plus de la moitié des espèces se réunissent dans douze familles:

(Poaceae, Fabaceae, Asteraceae, Cyperaceae, Euphorbiaceae, Malvaceae, C Cyperaceae, Euphorbiaceae, Malvaceae, henopodiaceae, Convolvulaceae, Convolvulaceae, Amaranthaceae, Mimosaceae, Capparidac Arnaranthaceae, Mimosaceae, eae),les autres familles regroupent peu de genres ou sont monogénériques (56 Familles) voire mono spécifiques (30Familles).

Ainsi, les Poaceae occupent la première place du point de vue nombre d'espèces suivis de vue respectivement par les Fabaceae et les Asteraceae, tandis que si nous considérons les leguiminoseae (Fabaceae, Mimosaceae, Caesalpiniaceae) comme une famille, elles viennent comme une famille, en deuxième position (47genres129espèces) après les Poaceae.

L'importance relative des familles est variable en allant du Nord vers le Sud. Le milieu désertique (dans le Nord du pays) a produit un appauvrissement général mais très inégalement marqué d'une famille a I 'autre. En allant du Nord vers le Sud on remarque un fléchissement des familles d'affinité méditerranéennes par contre les familles d'affinité tropicales augmentent progressivement.

Le coefficient générique qui exprime le rapport du nombre de genres au nombre d'espèces est d'environ 50 genres pour chaque 100 espèces (soit 2 espèces par genre). La valeur élevée de ce coefficient dénote la pauvreté de cette flore qui est pourtant plus riche que celle duLe classement générique, c'est a dire le classement des genres dans l'ordre décroissant du nombre d'espèces qui les représentent pour les genres renfermant plus de 10 espèces est le suivant:

Genre

Nombre d'espèces

Cyperus

23

Ipomea

23

Eragrostis

17

Euphorbia

14

Acacia

3

Aristida

1

Hibiscus

11

Crotalaria

11

Digitaria

10

Panicum

10

Sporobolus

10

Stipagrostis

10

Tephrosia

10

Les genres représentés par plus de10 espèces sont très nombreux à comparer avec ceux du Sahara qui ne dépassent guère 3. Il faut noter fois que prés de 60 % des genres sont monospècifiques et que la richesse des genres est variable d’une région à une autre. d'une région à une autre.

Le spectre biologique de la végétation mauritanienne est très significatif. Il fait ressortir la supériorité de la classe des thérophytes par rapport aux autres. Cette prédominance des thérophytes met en exergue la réalité du pays qui est caractérisé par de longues périodes de caractérisé par de longues périodes de sécheresse et conjointement une pluviosité extrêmement en faible et localisée .La présence faible et localisée. La présence d'une assez large part de chaméphytes et dephanérophytes indique que les conditions écologiques ne sont pas aussi défavorables qu'on pourrait le croire à priori, ce qui concède au pays un caractère tropical atténué. pays un caractère tropical atténué.

De façon générale, le facteur décisif influençant de la densité de la végétation en Mauritanie est l'eau. La température n'a pas une influence déterminante puis qu'elle reste toujours dans les puisqu'elle reste toujours dans les limites acceptables sinon optimales.

La coupure entre les empires holarctique et paléotropical passe par I'Adrar. Ainsi la Mauritanie apparait comme un territoire ayant son individualité propre. C’est une zone de transition entre deux régions, l'une sèche au Nord et I 'autre plus humide au sud. En réalité les limites entre les zones ne sont pas nettes et brutales. En allant d'une zone à I 'autre on passe par des zones intermédaires .

La flore de la Mauritanie comprend un élément saharo-arabique largement prédominant dans le nord et un élément soudano-angolane qui augmente au fur et à mesure qu'on progresse vers le Sud ou il devient largement dominant ; à ces deux éléments s'ajoutent des éléments de liaison méditérranéo/saharo-arabiques et des éléments de liaison saharo-arabique/souclano-angolanes en plus des éléments plurirégionaux.


Auteur:  Ahmedou Ould Soule Professeur Chercheur à l'Ecole Normale Supérieure de Nouakchott

HTML Document Intitulé : Arbres, arbustes et arbrisseaux de Mauritanie et leurs utilisations