News TEXTE INTEGRAL DE LA DECLARATION DE GANGWON SUR LA BIODIVERSITÉ POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE

Nous, ministres et autres chefs de délégation, réunis à Pyeongchang, province de Gangwon, en République de Corée, les 15 et 16 octobre 2014, à l’occasion de la douzième réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique,


Rappelant les trois principaux objectifs de la Convention sur la diversité biologique, soit la conservation de la diversité biologique, l’utilisation durable de ses éléments, et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques, et leur importance décisive pour un développement durable;

Rappelant le Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et les objectifs d’Aichi pour la biodiversité, adoptés par la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique à sa dixième réunion, tenue à Nagoya, en octobre 2010, et sa Vision 2050 qui se lit comme suit : « Vivre en harmonie
avec la nature, à savoir, d’ici à 2050, la diversité biologique est valorisée, conservée, restaurée et utilisée avec sagesse, en assurant le maintien des services fournis par les écosystèmes, en maintenant la planète en bonne santé et en procurant des avantages essentiels à tous les peuples »;


Rappelant le document final de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (« Rio+20 », Rio de Janeiro (Brésil), 20-22 juin 2012), intitulé « L’avenir que nous voulons » qui, notamment, 1) réaffirme la valeur intrinsèque de la diversité biologique et la valeur de la diversité et de ses éléments

constitutifs sur les plans environnemental, génétique, social, économique, scientifique, éducatif, culturel, récréatif et esthétique ainsi que de son rôle décisif dans la préservation des écosystèmes qui fournissent des services essentiels contribuant grandement au développement durable et au bien-être des populations;

2) prend conscience de la gravité de la perte de la biodiversité et de la dégradation des écosystèmes; 3) fait ressortir le fait que cela entrave le développement mondial, compromettant la sécurité alimentaire et la nutrition, l’accès à l’eau et son approvisionnement ainsi que la santé des pauvres des zones rurales et des
populations dans le monde, y compris pour les générations présentes et futures; 4) estime que les connaissances, innovations et pratiques traditionnelles des populations autochtones et des communautés locales contribuent grandement à la préservation et à l’exploitation durable de la biodiversité et que leur
application plus large peut favoriser le bien-être social et des modes de subsistance durables; 5) affirme
l’importance de la mise en oeuvre du Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020 et des objectifs d’Aichi pour la biodiversité; et 6) déclare que chaque pays dispose, en fonction de ses circonstances et de ses priorités nationales, d’une diversité d’approches, de visions, de modèles et d’outils pour parvenir au
développement durable et éradiquer la pauvreté;
Reconnaissant que la diversité biologique, la variété de la vie sur Terre, contribue directement au bien-être humain de nombreuses façons, et qu’elle est également un fondement essentiel des systèmes indispensables à la vie sur Terre, sur lesquels repose le bien-être des générations présentes et futures;

Reconnaissant la valeur économique, culturelle et sociale de la biodiversité, le fait que de nombreux secteurs économiques dépendent de la biodiversité et des fonctions et services écosystémiques, y compris les secteurs de l’eau, de l’agriculture, de la pêche, de la foresterie, de la santé, de l’éducation, de la nutrition, du logement, de l’énergie, de l’industrie, du transport et du tourisme;

Reconnaissant que la biodiversité et les connaissances traditionnelles sont particulièrement importantes pour les modes de subsistances durables, en particulier pour les communautés autochtones et locales et les populations démunies et vulnérables;


Notant que la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité et la restauration des écosystèmes peuvent améliorer le fonctionnement et la résilience des écosystèmes, contribuant ainsi à l’atténuation des 

changements climatiques et à l’adaptation à ceux-ci, à l’approvisionnement sûr en eau potable, à la protection des côtes et des bassins versants, et à la réduction de la vulnérabilité face aux catastrophes;
Notant par ailleurs que la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité et la restauration des écosystèmes constituent des éléments clés de diverses approches, telles que l’économie créative, pour créer des emplois et soutenir des modes de subsistance et le bien-être humain, et contribuent au développement
durable;

Reconnaissant que l’intégration de la diversité biologique dans des politiques sectorielles plus larges, par l’incorporation de la conservation et de l’utilisation durable de la biodiversité à divers secteurs, est indispensable à l’avancement du développement durable et à l’éradication de la pauvreté;

Reconnaissant la contribution du Fonds mondial pour l’environnement, à titre de mécanisme de financement de la Convention, à l’intégration de la biodiversité et à la mise en oeuvre de la Convention, du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et de ses objectifs d’Aichi pour la biodiversité;

Reconnaissant que l’insuffisance des ressources financières demeure l’un des principaux obstacles à la
réalisation des trois objectifs de la Convention et à la mise en oeuvre du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et de ses objectifs d’Aichi;

Conscients des débats en cours au sein des Nations Unies sur le programme de développement pour l’après-2015 et l’élaboration d’objectifs de développement durable et souhaitant y contribuer;
1. Nous félicitons des progrès accomplis par les Parties à la Convention et les gouvernements dans l’élaboration de stratégies et plans d’action nationaux pour mettre en oeuvre le Plan stratégique
pour la diversité biologique 2011-2020 et réaliser les objectifs d’Aichi pour la biodiversité;
2. Célébrons l’entrée en vigueur, le 12 octobre 2014, du Protocole de Nagoya sur l’accès aux
ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation à
la Convention sur la diversité biologique, comme une preuve tangible de notre engagement à
réaliser les objectifs d’Aichi pour la biodiversité, et invitons les Parties à la Convention qui ne
l’ont pas encore fait à ratifier le Protocole ou à y adhérer;
3. Notons, toutefois, les conclusions de la quatrième édition des Perspectives mondiales de la
diversité biologique indiquant que les progrès actuels sont insuffisants pour réaliser les objectifs
d’Aichi pour la biodiversité et que la perte de biodiversité se poursuit avec des répercussions
négatives sur le bien-être humain;
4. Réaffirmons notre engagement et notre détermination à mettre pleinement en oeuvre le Plan
stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et à réaliser les objectifs d’Aichi pour la
biodiversité, reconnaissant que cela nécessite un éventail de mesures et une cohérence dans les
politiques de l’ensemble des ministères gouvernementaux et des secteurs économiques, et la
prise en compte de diverses valeurs sociales et culturelles;
5. Reconnaissons la nécessité d’une coopération technique et scientifique accrue entre les pays
pour mettre en oeuvre les objectifs de la Convention;
6. Reconnaissons le rôle crucial des communautés autochtones et locales dans la conservation de la
biodiversité et son utilisation durable;
7. Réaffirmons notre engagement à mobiliser des ressources financières de toutes provenances pour
la mise en oeuvre effective du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020,
conformément à l’article 20 de la Convention;
8. Accueillons avec satisfaction la Feuille de route de Pyeongchang pour la mise en oeuvre
renforcée du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et la réalisation des
objectifs d’Aichi pour la biodiversité (ci-après Feuille de route de Pyeongchang);
9. Accueillons avec satisfaction les initiatives de la République de Corée à l’appui de la Feuille de
route de Pyeongchang – l’initiative Bio-Bridge pour renforcer la coopération technique et
scientifique, l’initiative de restauration des écosystèmes forestiers, ainsi que le programme de renforcement des capacités des activités océaniques;
10. Nous félicitons de l’importance accordée à la biodiversité dans le document final du Groupe de
travail ouvert sur les objectifs de développement durable, et demandons que l'inclusion et
l'intégration transversale de la biodiversité se poursuivent dans le programme de
développement pour l'après-2015;
11. Insistons sur la pertinence et les contributions essentielles du Plan stratégique pour la diversité
biologique 2011-2020, ses objectifs d’Aichi pour la biodiversité et sa Vision 2050 au
programme de développement pour l’après-2015 à tous les niveaux, et invitons l’Assemblée
générale des Nations Unies à les intégrer efficacement dans le programme de développement
pour l’après-2015;
12. Invitons les Parties, les autres gouvernements, les organisations internationales et les parties
prenantes à associer la mise en oeuvre du programme de développement pour l’après-2015 à
d’autres processus pertinents, tels que le processus du Plan-Cadre des Nations Unies pour l’aide
au développement et les stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité, et à intégrer
la mise en oeuvre du Plan stratégique et des objectifs d’Aichi pour la biodiversité à la mise en
oeuvre du programme pour l’après-2015, en tenant dûment compte de la contribution et du rôle
clé des femmes dans le développement durable;
13. Invitons, comme il convient, les conventions et les organisations concernées par la biodiversité à
accroître davantage et à renforcer la coopération, la coordination et les synergies lors de la mise
en oeuvre du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020;
14. Reconnaissons la contribution de l’accès et du partage des avantages découlant de l’utilisation
des ressources génétiques à la conservation et à l’utilisation durable de la diversité biologique, à
l’éradication de la pauvreté, et à la durabilité écologique;
15. Notons par ailleurs, que diverses approches, telles que l’économie créative, et une perspective
holistique en harmonie avec la nature peuvent sauvegarder la biodiversité et ouvrir la voie au
développement durable; et
16. Reconnaissons l’importance de la coopération pour garantir la conservation et l’utilisation
durable de la diversité biologique et la restauration des écosystèmes, et également pour
promouvoir la paix entre les nations partageant des zones transfrontières, et nous félicitons du
dialogue Biodiversité et paix, initiative de la République de Corée, pour soutenir les travaux de
la Convention sur ces questions. /Fin

Date de publication 27/10/2014

Veuillez noter que cette information a expiré.